La bienveillance est une notion passée depuis quelques années dans le langage courant. Initialement réservé au développement personnel, elle s’est étendue au monde de l’entreprise. En 2020, la modification soudaine des conditions de travail et des relations entre équipes et managers en périodes de confinement ont mis la bienveillance sur le devant de la scène. Si le concept a de quoi séduire, il fait cependant l’objet de critiques, notamment sur son aspect « bisounours » un peu naïf.

Qui sont les managers bienveillants ?

En se basant sur Aristote, qui définit les bienveillants comme « ceux qui veulent du bien à un autre », on peut affirmer que les managers bienveillants sont, au mieux, des leaders à l’écoute, empathiques et disposés à assurer de bonnes conditions de travail, et, au pire, des chefs d’équipes ayant de bonnes intentions, un peu maladroits mais pas délibérément malveillant.

Symbole du bon sentiment, la bienveillance est parfois interprétée comme une injonction à positiver : effort artificiel sucré, voire gluant de « bien faire ». Le management bienveillant serait pensé ici comme une forme de laxisme qui permet à chacun de faire comme bon lui semble : il n’en est rien.

Comment mettre en place des pratiques bienveillantes au travail ?

Le management bienveillant consiste à mettre en place des pratiques, parfois très simples, pour atteindre une grande qualité relationnelle qui entraînera de facto une amélioration du bien-être au travail et une hausse des performances de vos équipes. Un simple « bonjour » chaque matin peut faire la différence…

Quelques exemples concrets :

  • Remercier vos collaborateurs pour le travail réalisé, les efforts fournis
  • Ecouter et prendre en considération ce qu’ils expriment et ressentent
  • Fournir des retours constructifs sur leurs performances ou leurs non-performances
  • Proscrire toutes les formes de jugement ou de dévalorisation
  • Faire preuve de sincérité et d’assertivité.

Quels sont les avantages d’un management bienveillant ?

Les avantages de ces pratiques sur le niveau de satisfaction des salariés sont indéniables : un comportement bienveillant au travail induit des émotions positives et, selon une étude réalisée en 2018 par Harvard et le MIT, « les salariés heureux sont deux fois moins malades, 6 fois moins absents, 9 fois plus loyaux, 31 % plus productifs et 55 % plus créatifs ». L’approche bienveillante du management est donc parfaitement compatible avec les exigences de performance des entreprises. Elle est même recommandée !

Les bénéfices se traduisent concrètement par :

  • Un recul du turnover et de l’absentéisme
  • Une hausse de la productivité
  • Une meilleure adhésion aux valeurs de l’entreprise
  • Une augmentation de la confiance, de la prise d’initiative, de l’envie de s’engager
  • Une bonne ambiance de travail
  • Une amélioration de l’image de marque de l’entreprise.

Vous avez besoin d’un accompagnement au management bienveillant ?

Adopter des comportements bienveillants sur le lieu de travail n’est pas inné : parfois, vous avez la volonté de bien faire, mais il vous manque les outils concrets. En tant qu’experte en formation des managers, je vous aide à :

  • identifier les signaux individuels et collectifs d’un besoin de bienveillance
  • protéger la qualité des relations entre vos équipes et vous
  • trouver les outils adéquat pour mettre en place un management de qualité

Contactez-moi et échangeons sur vos problématiques relationnelles avec vos équipes !

POUR ALLER PLUS LOIN :

https://www.franceculture.fr/emissions/le-journal-de-la-philo/anti-manuel-de-philosophie-937-la-bienveillance-ce-mauvais-bon-sentiment?utm_medium=Social&utm_source=Facebook&fbclid=IwAR1RO2gh1wPgbHb8CAs2tH6U_bOsKlxcYvZYxKVMxCF_NQpJO-IwDq2Ryxw#Echobox=1605349331
https://www.cairn.info/revue-management-et-avenir-2010-6-page-263.htm?contenu=resume